En France, nous avons la chance d’avoir une agriculture à taille humaine, diverse, multiple, qui fournit à la société une alimentation de qualité. Les agriculteurs jouent un rôle essentiel et bénéfique. C’est vrai, non ? Et cette pensée est partagée par une grande majorité de nos concitoyens.

Alors, pourquoi les agriculteurs continuent à croire qu’ils sont mal aimés par la société ? Pourquoi pensent-ils avoir une mauvaise image auprès du consommateur ? Ce paradoxe, décrit par nombre d’experts de la question est systématiquement mis en exergue lors de l’analyse des résultats des enquêtes d’opinion régulières sur le sujet. La faute aux médias ?

En grande partie, évidemment, car on parle rarement de manière positive de l’agriculture conventionnelle, pratiquée par la majorité des producteurs français. Assaillis par cette vague médiatique, les consommateurs s’interrogent de plus en plus sur le contenu de leur assiette. Pour autant, ils sont loin d’en vouloir aux agriculteurs dans leur grande majorité.

Communication positive

Que peut-on faire ? Toutes les actions de communication engagées vers le consommateur, quelle que soit l’échelle, très locale, régionale ou nationale, sont positives pourvu qu’elles soient signifiantes. Ces actions de communication positives contribuent à consolider le capital sympathie des agriculteurs et de leur savoir faire. Mais pas seulement.

En interne, elles font du bien aux producteurs qui ont besoin des ces signes de reconnaissance et de ces prises de paroles positives. Nos agriculteurs travaillent énormément, prennent peu de congés ou pas du tout, prennent soin de nos paysages, nous nourrissent… Il est normal qu’en retour, ils obtiennent un minimum de reconnaissance de la part de la société.

Cercle vertueux

En tout cas, cela fait partie de leurs attentes fortes vis à vis de leurs partenaires : coopératives, laiteries, conseillers, fournisseurs, distributeurs… Nombre d’exploitants estiment ne pas pouvoir, à leur niveau, communiquer de manière efficace vers les consommateurs.

Dès lors, cette mission de communication confiée de manière induite par les exploitants agricoles à leurs partenaires, est à prendre très au sérieux. C’est une vraie responsabilité.

Si la démarche est exigeante, elle se situe au départ d’un cercle vertueux impliquant l’agriculteur, le consommateur et ses partenaires. Impliquez-vous, les agriculteurs vous diront merci.