Le témoignage est un outil essentiel dans votre communication en donnant la parole à une autre personne que vous-même. Il apporte de la crédibilité à votre message grâce à un avis extérieur sur votre marque, votre produit ou votre service. Cependant, la réalisation d’un témoignage n’est pas un exercice à négliger : il faut être vigilant et rigoureux sur les différentes étapes. De plus, le milieu agricole possède quelques spécificités à ne pas oublier. Comment réaliser un bon témoignage en agriculture ?

1/ Bien choisir son témoin

Tout d’abord, il est essentiel de bien choisir son agriculteur témoin. Son envie et sa motivation de participer et de partager son activité ou son opinion sont capitales. Second prérequis dans le choix du témoin : sa maîtrise du sujet abordé et sa capacité à s’exprimer. Vous aurez de grandes difficultés à faire parler un agriculteur qui n’en a pas envie, ou qui ne sait pas comment exprimer ses choix.

Si vous réalisez une vidéo, veillez à choisir un témoin à l’aise devant un objectif. Parler n’est pas un exercice facile qui peut devenir périlleux face à la caméra. Une fois le témoin trouvé et le rendez-vous fixé : il est temps de vous préparer !

2/ Préparer entretien et matériel

Certains témoins demandent parfois la liste des questions à l’avance pour se préparer. Quoi qu’il arrive, réaliser une première liste de questions est indispensable, même si elle évoluera ensuite selon les réponses. Un petit tour d’actualité sur le sujet est aussi utile pour cerner le contexte du témoignage. Enfin, n’oubliez pas le droit à l’image et préparez votre matériel : carnets, stylos et crayons (sous la pluie, le crayon peut vous sauver !), appareil photo et caméra (batteries chargées et cartes mémoires vides) et bottes.

Si vous réalisez une vidéo, vérifiez les branchements à faire et le fonctionnement des éléments. Un petit coup d’œil à la météo pourra vous donner une idée de vos conditions et lieux de tournages.

3/ Prenez votre temps

Une fois sur place, il est important de mettre le témoin à l’aise : ne sortez pas immédiatement le matériel et expliquez à l’agriculteur le déroulé de l’interview. Dans le cas d’une vidéo, faites un tour de l’exploitation pour repérer les lieux et où vous pouvez tourner : évitez les barrières électriques ainsi que les lignes à haute tension. Vous pouvez désormais commencer votre entretien, téléphone éteint si possible. Débutez avec des questions globales pour ensuite approfondir. Tout au long de l’entretien, prenez votre temps !

À la fin, faites un récapitulatif des questions ou réponses, et concluez en demandant si quelque chose a été oublié et si le témoin veut rajouter quelque chose : parfois il a une idée de génie à laquelle vous n’avez pas pensé.

4/ Valider avant de publier

Une fois de retour, rédigez le plus tôt possible, comme tout reportage. Une fois écrie et relu : faites valider au témoin. L’objectif est de vérifier qu’il n’y a pas d’erreur dans la transcription de ce que l’agriculteur vous a dit ou qu’il n’a pas dit quelque chose qu’il ne souhaite pas voir diffuser.

Pour vos photos et vidéos, vérifiez le comportement des animaux présents, ils ont tendance à vous surprendre, surtout en arrière-plan. Une fois l’article validé et les photos choisies, vous pouvez diffuser votre témoignage. Les vidéos s’adaptent parfaitement au format des réseaux sociaux, ainsi qu’à votre site web.