Selon les derniers chiffres qui datent de 2010, près d’un tiers (27 %) des exploitations françaises sont dirigées par des femmes. En 1970, ce n’était le cas que pour 8 % seulement des exploitations… On sait aussi que de plus en plus de femmes deviennent salariées en agriculture, comme dans les élevages porcins par exemple. La féminisation de l’agriculture est donc une tendance lourde.

Même si les femmes ont toujours joué un rôle essentiel dans ce secteur, leur pouvoir de décision a considérablement évolué en ce début de XXIe siècle. Aujourd’hui, dans les fermes, le patron est souvent une patronne et c’est tant mieux.

1/ Acteurs de la communication agricole

Cependant, la perception du métier, elle, n’a sans doute pas beaucoup changé. Le grand public associe volontiers l’agriculteur à un portrait-robot un peu caricatural bien loin de la réalité. Des images de producteur avec des bottes, une fourche, un mégot au coin la bouche reviennent malheureusement trop souvent au-devant de la scène dans les représentations médiatiques. Si les agriculteurs d’aujourd’hui ne s’y retrouvent pas, quels qu’ils soient, que dire des agricultrices ?

Les acteurs de la communication agricole ont donc leur rôle à jouer dans les images et les symboles utilisés pour passer des messages. Car même au sein de la profession, dans la presse professionnelle ou sur le web, force est de constater une trop faible présence de la gent féminine dans les médias agricoles.

2/ Métier passion

Encore une fois, les choses évoluent car les femmes elles-mêmes font bouger les lignes. Elles prennent de plus en plus souvent la parole. Elles sont élues ou choisies pour des postes importants, comme Christiane Lambert à la tête de la FNSEA. On les voit aussi de plus en plus nombreuses à partager leur quotidien sur les réseaux sociaux. Au-delà des selfies sympathiques dans les tracteurs ou à la traite, elles nous passent un message simple et fort : nous sommes là, nous sommes une part importante des actifs de l’agriculture et nous aussi nous nous éclatons dans un métier passion.

Vous qui vous adressez aux agriculteurs, il est peut-être temps de prendre en compte ce changement et de vérifier que les messages et images que vous véhiculez sont en phase avec ces cheffes d’exploitation. Au hasard, prenons l’exemple du machinisme… Un secteur très masculin qui laisse peu de place à l’agricultrice. Écartons tout de suite le débat sur la question de la féminité des agricultrices. Peut-on être féminine et conduire un tracteur ? Le sujet n’est pas là et n’a aucun intérêt.

Non, la question est de prendre en compte les aspirations des femmes à assumer toutes les missions sur une exploitation agricole au même titre que les hommes, mais à leur manière ! Si une marque de machines agricoles décide de s’adresser directement aux agricultrices en répondant à leurs attentes, elle est sûre de marquer des points auprès d’une cible largement négligée. Et cela est certainement applicable à d’autres secteurs comme par exemple la génétique, les semences variétales, l’alimentation, les bâtiments…

Voilà un défi marketing passionnant à relever. Non ?

Qu’elles soient cheffes d’exploitation, associées ou salariées, les femmes sont de plus en plus nombreuses en agriculture. C’est une bonne nouvelle ! Mais c’est aussi une donnée à intégrer dans votre stratégie de communication.