La structure des exploitations agricoles évolue fortement. Malgré un nombre d’exploitations en diminution, la main d’œuvre familiale recule au profit du salariat. Les salariés sont des actifs indispensables aujourd’hui dans les fermes et prennent de plus en plus de responsabilités. Autant de bonnes raisons pour vous adresser à cette catégorie parfois oubliée…

Selon l’Insee et le ministère de l’Agriculture, 854 100 actifs permanents travaillaient dans les exploitations agricoles françaises en 2014. Les salariés permanents représentent 17 % de cette main d’œuvre, soit 145 000 personnes. 10 ans auparavant, ils n’étaient que 13 %.

Ils prennent désormais en charge 20 % du volume de travail de l’ensemble de la main d’œuvre permanente sur l’exploitation. Il s’agit donc d’une tendance lourde : les chefs d’exploitation recrutent de plus en plus des salariés compétents pour occuper des postes à temps plein. Les agriculteurs cherchent aujourd’hui à s’appuyer sur des collaborateurs motivés et qui prennent des responsabilités au quotidien.

Plusieurs raisons expliquent ce phénomène et notamment l’ancrage familial des exploitations qui n’est plus ce qu’il était. Les actifs qui travaillent sur les exploitations n’ont pas forcément grandi sur l’exploitation familiale. Bien souvent, ils ne sont même pas issus du milieu agricole.

Par ailleurs, il existe de plus en plus de virages et de changements dans les parcours professionnels individuels et l’agriculture n’échappe pas à cette règle. Il est courant de voir un associé quitter l’exploitation pour embrasser une autre carrière. Il peut être alors remplacé par un salarié. Sans parler de la pyramide des âges qui touche de plein fouet l’agriculture française. Là encore, les associés restants se tournent souvent vers le salariat.

1/ Agriculteurs, eux aussi

Les salariés sont donc des actifs importants qui jouent un rôle essentiel dans nos exploitations agricoles françaises. A ce titre, ils sont eux aussi agriculteurs même si on ne leur accorde pas ce titre.

Eux aussi accomplissent avec fierté et noblesse la mission qui leur est confiée : nourrir la société. Ils sont donc, comme le dit si bien Michel Serres, des pères nourriciers

Or, aujourd’hui, peu d’organisations agricoles ou entreprises ont pris la mesure du rôle des salariés dans les exploitations. Elles ne s’adressent en général qu’à leurs clients ou adhérents, les chefs d’exploitation.

Bien sûr, le ou la technicienne de terrain, entretient une relation riche avec les salariés des exploitations et savent depuis longue date le rôle qu’ils jouent.

2/ Relation de qualité

Plaidons aujourd’hui pour qu’un vrai canal de communication soit créé entre les partenaires de l’exploitation agricole et les salariés.

Si l’agriculteur développe de réelles qualités de manager, il y verra son intérêt immédiat : un gain de temps, d’efficacité et une nouvelle façon de valoriser le travail de son collaborateur. Cela participera aussi à la fidélisation du salarié.

De con côté, le fournisseur ou partenaire pourra développer une relation personnalisée, de qualité avec le collaborateur salarié via des outils comme une newsletter dédiée ou un événementiel spécifique par exemple. Il n’y a que des bénéfices à tirer d’une telle communication positive et constructive vers les salariés des exploitations agricoles.